top of page

Comprendre le Karma, partie 2

Dernière mise à jour : 1 avr.


Un cycle sans fin...ou presque !


Avec les karmas, il est question de responsabilité, donc de culpabilité. Il y a une vision erronée de la définition du mot « karma », s'il est vécu comme une excuse, parce qu'il devient difficile de prendre sa responsabilité, en tombant dans le piège de préférer reporter la faute uniquement sur les autres ou sur la malchance ! Tant que le karma (charge et dette de persécuteur ou mémoire de blessure de persécuté) n’est pas identifié, accepté, le cycle reste actif et le karma va ainsi nous conduire à reproduire les mêmes schémas en boucle aussi longtemps que nécessaire et sur plusieurs vies. L'Univers est plein de patience, d'autant plus qu'il ne fonctionne pas avec la même échelle temps que nous les " humains ".


Avoir une vision à très long terme est conseillé pour prendre pleinement conscience de l’impact de notre nouveau passage sur terre et de son acceptation pour réussir à se libérer de poids portés sur les épaules !

Un travail sur soi peut être nécessaire afin d'éviter de se laisser déborder par les émotions négatives qui se cumulent et qui risque de saturer. Lorsque cela se produit, la plupart du temps, il s'agit de pulsions primitives, agressives, issues de schémas archaïques de réincarnations très lointaines. Nous ne sommes pas venu souffrir (en réalité) et le corps ne fait pas la différence entre une blessure physique et une blessure morale. Ainsi, la saturation émotionnelle est à l'origine de l'apparition de symptômes et maladies, comme un appel à l'aide du corps pour nous indiquer un dysfonctionnement. Cela peut paraitre illogique, mais le langage du corps demande un décodage pour le comprendre !



La justice divine est-elle juste ?


Même si cela semble inévitable pour le bon fonctionnement des choses, nous perdons nos mémoires des vies passées à la naissance, donc la conscience de notre éternité. Il faut aller les chercher dans les différents niveaux de conscience pour pouvoir évoluer vers des fréquences plus hautes et surpassé la peur de la mort, ainsi que la dualité de notre planète. Une partie de nous " consciente " est éternelle amour, mais l'homme s'est déconnecté de son essence lumineuse originelle.


Cet oubli des souvenirs sur le plan mental contribue à rendre les karmas plus difficilement acceptables, voire même injustes, pourtant ils sont enregistrés quelque part dans l'univers et vous y êtes connectés, parce que vous les avez alimentés !

Comment accepter raisonnablement de souffrir à cause d’événements datant de vies précédentes, dont nous n’avons aucun souvenir, ou à cause de karmas dont nos ancêtres sont en partie responsables ? Surtout que le prix à payer est parfois lourd dans notre quotidien et le destin peut s'acharner dès la naissance. Dans sa bienveillance, l’univers est patient pour accomplir son œuvre, pourtant la plupart des gens des civilisations modernes occidentales ne croient pas en la réincarnation et encore moins en la vie éternelle (sur d'autres plans), à cause de croyances et de convictions religieuses, ou d'un esprit trop cartésien, à l'affût de preuves scientifiques (pour se rassurer).


Comprendre philosophiquement les karmas vous aide à vous en libérer de façon durable. Pour l'unité, le karma enseigne que le respect est un art de vivre social indispensable, effectivement, sans l'empathie et la prise de responsabilité, le karma n'a pas de sens !


Le karma s'inscrit dans un processus de transformation (nécessaire)


Trop peu de gens ont conscience des principes de fonctionnement des mécanismes du karma, il faut reconnaitre que leur vie leur impose d'autres préoccupations. Les karmas sont des répétitions cycliques inconfortables mais nécessaires à notre parcours spirituel, et encore plus si vous visez un éveil comme objectif d'incarnation. En thérapie, ces cycles ont beaucoup à nous apprendre car ils nous montrent que nous avons besoin de résoudre un conflit et ainsi libérer des énergies négatives emprisonnées par les personnes concernées. Des étapes indispensables pour atteindre " le prochain blocage " et continuer son cheminement !


De toute façon, nous ne pouvons pas échapper aux vagues de nettoyage à l'échelle de la planète et de l'univers, des périodes dans lesquelles nous pouvons être malades, fatigués moralement ou physiquement, cela correspond à des périodes de purge nécessaires à notre parcours et au bon fonctionnement de la terre, dans l'équilibre entre la vie et la mort, l'ombre et la Lumière.


Contrairement à certaines religions qui pensent que seul le mal est responsable, qu’il y a un jugement définitif, un purgatoire sans chance supplémentaire de réparer nos actes, ma vision de la spiritualité m'amène à penser que nous avons choisi de vivre l’ensemble des expériences que nous vivons. Celles-ci ne sont " ni bien, ni mal ", ce sont simplement des expériences vécues.


Bien que cela soit souvent des notions difficiles à admettre, nous choisissons aussi nos parents, notre famille et même notre corps physique, apportant ainsi le cadre le plus adapté pour ce que nous essayons de vivre en décidant de nous incarner. Contrairement aux apparences, tout est toujours parfaitement à sa place, et vous êtes vous même parfaitement imparfait !


Une fois identifié, mis en conscience et traité sur les différents plans, le karma entre alors en processus de transformation de la matière noir en Lumière, pouvant être répartie sur différents corps (physique, émotionnel, mental, spirituel). Plus la karmas sont éloignés, plus il faudra de temps pour intégrer les conséquences de la transmutation positive. Guérir prend du temps et à quoi bon souffrir s'il n'y a pas de bénéfices remarquables ?


L’énergie négative qui nous bloque dans un domaine peut alors être relâchée comme un arbre qui abandonne ses feuilles en automne, afin de renaître dans un nouveau cycle, portant l'espoir bienveillant d'être chaque fois plus lumineux.

Principe de l'Univers: l'effet papillon


L’effet papillon est au centre des karmas, avec le lien particulier sur le principe de cause à effet, dans lequel toutes nos actions sont des causes, et toutes nos expériences sont des effets de ces causes. Cela signifie que toutes nos expériences, qu’elles soient agréables, désagréables ou neutres, ont été créées par nous, dans le passé ou le futur, à travers nos propres actions, soit dans la vie actuelle, soit dans l’une de nos autres vies.


Selon moi, ce qui détermine la qualité d’une expérience vécue sur une planète, c’est la qualité de nos actions et de notre façon de les vivre. Cette qualité réside également dans la force de nos intentions et leur réalisation, en tenant compte de la bienveillance ou malveillance d’une action ainsi que de toutes les conséquences des actes. Le bien comme le mal s'inscrivent dans une notion de réflexion morale propre à chacun, un concept dépendant de règles de conduite et d'héritages culturels de sociétés.


Dans l'au delà, il n'y a pas de temps (chronologie) et pas de jugement tel que nous le connaissons. La bienveillance est une question de point de vue, donc cela ne suffit pas toujours pour éviter de manger, avec un autre point de vue, ce que nous avons semé et programmé dans un autre espace temps.


Reconquérir son Pouvoir Souverain


Croire au karma nous permet de devenir maîtres de nos propres destins, en libérant un maximum de conflits actifs dans la vie actuelle.

L'impact de son action sur les personnes concernées est parfois énorme et les changements de situation radicaux. Les traumatismes et diverses épreuves de la vie demandent à entamer un travail de lâcher prise simple, épuré mais profond et délicat.


Pour une vie plus douce, évitez de cumuler les émotions négatives, au pire, évacuez les, afin d'éviter de vivre d'autres cycles karmiques presque identiques. Le but n'est pas d'attirer des personnes sur la même fréquence (de problèmes), l'intention, au contraire, est plutôt d'en sortir. Un tri dans votre entourage risque d'éloigner certaines personnes. Pour s'élever, il faut parfois sortir de ses conflits de loyauté, quel que soit le lien qui vous unit.


L’appréhension des karmas permet de prendre ses responsabilités de façon lucide et alignée, pour être capable de lâcher-prise et sortir du jeu de rôle " victime ou bourreau ". La prise de conscience d'un blocage et la volonté de changement sont un formidable antidote, le secret est l'utilisation de l’énergie du pardon pour accompagner la libération. L'intention du pouvoir créateur de l'instant présent est capable de débloquer des situations conflictuelles de la vie de tous les jours ou du passé.


Selon moi, tout est enregistré, ce sont des mémoires et des liens énergétiques qui ne tiennent pas compte de la chronologie de la ligne temporelle de notre dimension. Dans un nouveau commencement, c'est à dire une nouvelle arrivée sur terre, notre corps physique (véhicule d'incarnation) porte l'énergie de la vie et de la mort qui le définisse, telle que les peurs primitives de survie. Un conflit douloureux ne s'efface pas facilement malgré le temps, cela demande des soins, en ciblant aux mieux les problématiques d'origines à accompagner.


Le libre arbitre et philosophie


Concernant le libre arbitre, tous les karmas et dharmas que nous vivons dépendent des expériences que nous avons décidé de vivre en nous incarnant dans notre dimension de matière, mais aussi de l’ensemble de nos choix et décisions qui changent nos trajectoires, en accord avec le libre arbitre.


Les karmas sont les conséquences de notre libre arbitre. L'incarnation sur terre est dense, la dualité pour la matière et les ressources l'est encore plus, difficile pour certains d'accepter leur vie sur terre. N'oublions jamais que le contraste des émotions est essentiel, puisqu'il donne le relief incroyable de la vie, donc, l'envie de revenir et d'aider ceux que nous aimons (dans le meilleur des scénarios possible).


Pourtant, ce n'est pas facile d'évoluer dans la jungle qui nous entoure mais il ne tient qu'à nous de créer le monde que nous souhaitons vivre, en faisant vibrer la personne que nous souhaitons être, bonne ou mauvaise (encore une question de point de vue) ! L'accès aux corps spirituel n'est pas si évident pourtant ils nous suivent à travers nos vies. Nos mémoires comme notre ADN racontent toutes nos histoires.


Les karmas comme les dharmas se trouvent sur les corps spirituels supérieurs, au delà de nos corps de personnalités, ils ne sont pas si facilement accessibles. Pour les thérapeutes, travailler sur les karmas demande d'avoir reçu des initiations pour éviter les risque de " retours ", car l'univers est fait de règles et de principes.


En tenant compte de ma conscience de la dualité nécessaire et de ma confiance en l'univers, je pense que l’objectif du karma nous offre la possibilité d’apprendre à n’être qu'un, dans une démarche de paix, d'amour et joie de vivre. Il est possible de se sublimer au fur et à mesure des expériences d’incarnation, et ce, sans aucun jugement.

Quand nous y réfléchissons, tout le monde veut être heureux au même titre que personne n’a envie de planter les graines de sa future souffrance. Nous sommes libre et responsable de nos choix, mais vous êtes-vous déjà posé la question, sur ce que vous voulez " vraiment " vivre ? Quelles graines plantez- vous en chaque instant ? Le changement, c'est ici et maintenant !






Merci à ceux qui ont contribués à cet article, dans leur travail d'écriture et d'inspiration. Merci aux personnes que je rencontre, qui m'aident à avancer sur mon chemin d'apprentissage.

314 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page